Après les réalisations de deux cabriolets menées en duo avec Patrick Veyrat, Michel Faure reprend une étude personnelle sur ces bases.

Ellipse

1995-2000

Roadster - Motorisation Alpha Roméo V6 3L

L’Ellipse cultive la soustraction, la "substantifique moelle", et, par son nom même, affiche un parallèle avec la figure de langage qui consiste à supprimer, à omettre un ou plusieurs mots dans une phrase pour lui donner grâce et légèreté sans lui altérer son sens, bien au contraire !

A l’heure des listes interminables d’assistances de tout ordre et d’une spirale infernale des accumulations de masses et de "gadgets", elle veut exprimer un contre-courant. Automobile simple, mécanique, où les suspensions montées sur rotules, ainsi que son moteur en position centrale arrière, sont liés rigides. Grâce à une architecture qui concentre les masses au plus près d’un centre de gravité très bas, de freins surdimensionnés dans des jantes de grands diamètres très aérées, de deux radiateurs d’eau latéraux confinés dans des tunnels aérodynamiques étanches sortant l’air chaud par le haut sans l’utilisation de ventilateur, d’un capot moteur ajouré très ajusté, cette voiture respiration "plein soleil" se joue des contraintes thermiques et des pilotages "musclés".

Spider plein ciel, Targa modulable avec ses deux casquettes et sa partie centrale démontables qui se logent dans le coffre avant, ou encore, Coupé avec son toit complet rigide, l’Ellipse joue avec la morphologie et s’organise pour les intempéries !…

La carrosserie, l'habillage intérieur,
le toit complet rigide ainsi que les deux casquettes et la partie centrale démontables sont en matériaux composites (polyester-fibre de verre et fibre de carbone-époxy).


Cliquez sur l'image pour l'ouvrir
Cliquez sur l'image pour l'ouvrir
Cliquez sur l'image pour l'ouvrir
Cliquez sur l'image pour l'ouvrir
Cliquez sur l'image pour l'ouvrir
Cliquez sur l'image pour l'ouvrir
Cliquez sur l'image pour l'ouvrir