Accueil Présentation
ARC Industrie

Dans les années 1970, après des études classiques scientifiques et techniques, formation ingénieur, Michel Faure devient chef de projet dans un bureau d’études national d’armement, puis dans un bureau d’études d’automobiles de courses (G.R.A.C. à Valence)

Il crée son entreprise ARC Industrie (Atelier-Recherche-Création) en fin d’année 1977.

Visionnaire et avant-gardiste, il s’oriente vers la conception et la réalisation de pièces ou d’ensembles en matériaux légers où le moulage des matériaux composites est prédominant.

De 1977 à 1990, l’automobile de compétition sera la principale activité : 86 voitures Sport Prototypes seront fabriquées en petite série. Cette production génèrera douze titres nationaux consécutifs (1978 à 1989) dans cette catégorie.

En 1987, la rencontre avec Patrick Veyrat donnera vie à un roadster de tourisme ultra sportif fabriqué en quatre exemplaires.

Parallèlement l’entreprise mène des études et des réalisations de pièces en matériaux composites pour la Marine Nationale et l’aviation.

A partir des années 1990, changement de cap vers le mobilier urbain, l’architecture, l’agencement et le mobilier intérieur.

Avec des aides de l’ANVAR, l’entreprise dessine une ligne de mobilier urbain originale tout en matériaux composites et dès lors, développe une recherche incessante vers de nouvelles matières structurantes opaques et translucides. Les applications sont multiples et variées dans la perception.

Par son travail de mise au point, et plus particulièrement dans les inclusions de toutes natures (minérales, végétales, métalliques, tissus imprimés), ARC Industrie devient leader dans la mise en œuvre de ces nouveaux matériaux à la carte.

Ailes, ramures ou arcades, rappelant des bastides où chacun y trouvera l’image qui lui convient, enveloppes composites opaques ou translucides, luminescentes, expriment la légèreté, la gaieté, le vol, l’évasion dans toutes les directions. Toitures lisses aux formes complexes auto-structurantes intègrent dans leurs surfaces les collecte d’énergie solaire (panneaux solaires) et des eaux pluviales.
A ce jour, plusieurs ouvrages architecturaux sur l’Aquitaine sont remarqués, fruit d’une collaboration, d’une connivence entre architectes, bureaux de calculs, le bureau d’études de l’entreprise… sans oublier, bien-entendu, le client !

Les composites aux complexités encore indéfinies et surtout infinies, restent le champ privilégié des matériaux de demain, le seul et l’unique d’ailleurs.

Les alliages métalliques, les bétons, les verres seront, eux aussi, tous fibrés.

Les lois de la physique se coupleront à celles de la chimie. Et ces cultures scientifiques, enfin intimement mêlées, deviendront la clé de voûte du monde bâti.

Notre bureau d’études fonctionne selon une trilogie implacable pour un thème donné ; il intègre en permanence : épure de l’esprit architectural, champ des iso-contraintes et calculs , procédé technologique et choix des faisabilités. Par des va-et-vient successifs entre ces trois pôles, émerge une logique de construction, révélatrice d’une beauté intrinsèque sans cesse recherchée.

Notre étude morphologique et chromatique codifie une lecture émotionnelle des efforts, des vibrations, des lumières, une vision de non gratuité, de simplicité, de pièces et d’ouvrages toujours amis de l’homme.